Actualités

La SNCF franchit une nouvelle étape vers le « smart grid ferroviaire »


Publié le 27 Septembre 2022



Le gouvernement a demandé début septembre à la SNCF de faire des économies d’énergie. En France, avec une consommation annuelle de 8 TWh, la SNCF est le premier consommateur industriel d’électricité et peut devenir un acteur majeur des marchés de capacité de l’électricité.

Les défis que pose la gestion d’un réseau électrique de presque 16 000 kilomètres sont immenses. Il existe deux systèmes d’alimentation électrique distincts au sein de ce réseau : l’un avec un courant alternatif de 25 000 volts, et l’autre en courant continu à 1 500 volts. C’est ce dernier, unidirectionnel et passif, qui nécessite des adaptations : il peut alimenter les trains, mais ne peut renvoyer de l’énergie dans le réseau.

Depuis 2010, la SNCF a entrepris d’intégrer les énergies renouvelables et le stockage d’énergie dans des sous-stations ferroviaire hybrides, de maximiser la récupération d’énergie de freinage des trains, d’optimiser les interactions avec le réseau électrique de distribution (alimentation des gares, de véhicules électriques qui deviendront réversibles) et d’assurer le comptage de l’énergie consommée par les trains.

L’objectif de la trajectoire énergie de la SNCF est de diminuer ses émissions de gaz à effet de serre de manière drastique en 2030 : -30% en ce qui concerne le domaine des transports, et -50% dans le domaine de l’immobilier.

A la tête d’un patrimoine foncier de 12 millions de m2, la SNCF est l’un des premiers propriétaires de France. SNCF Immobilier cherche à redonner une seconde vie à des terrains inutilisés pour l’exploitation ferroviaire, en y installant notamment des centrales photovoltaïques.

SNCF se lance dans le smart grid pour son réseau électrique

Le projet RACCOR-D (pour Réseau ferroviaire à courant continu intelligent pour le verdissement de l’énergie électrique) vise à tester un réseau électrique ferroviaire intelligent permettant à SNCF Réseau « de s’adapter aux no